Vous êtes ici : AccueilRÉCITVeille technologique  > Le tableau blanc interactif


Le tableau blanc interactif




6 janvier 2009
 

Le tableau blanc interactif (ci-après TBI) est un appareil qui possède les avantages d’un écran tactile et de la projection vidéo.

Comment cela fonctionne-t-il ?

L’écran blanc tactile est relié à un ordinateur et agit comme dispositif de pointage au même titre que la souris d’un ordinateur. Un projecteur affiche sur le TBI l’écran de l’ordinateur. Il est donc possible d’effectuer tout ce que l’on peut réaliser à l’ordinateur à l’aide d’une souris mais sur un écran grand format. Le TBI est vendu avec un logiciel dédié, qui permet de tirer avantage de ces nouvelles possibilités.

Avantages et inconvénients

Le TBI peut remplacer le tableau noir. On peut y écrire, y dessiner. Les avantages comparativement au tableau noir sont nombreux :
- Il est possible de déplacer, de redimensionner les objets dessinés (un mot, un cercle, etc.)
- On peut afficher une image, un vidéo, une page web et l’annoter directement sur le TBI
- Il est possible de préparer à l’avance les contenus.
- Le contenu peut être sauvegardé puis transmis électroniquement aux élèves.

Les inconvénients sont peu nombreux et sont davantage des barrières franchissables : le coût d’acquisition puis la barrière technologique (et psychologique) à son utilisation.

L’acquisition

Une installation fixe minimale en considérant que le projecteur est déjà acquis est de l’ordre de 1500 $. Une installation complète, projecteur compris tournera facilement dans les 4 000 $.

Lors de la journée pédagogique montérégienne (JPM) d’octobre 2008, la compagnie De Marques a offert une présentation du ActiveBoard. Lors de la prochaine JPM (avril 2009), la compagnie Duo Com présentera un produit similaire, le SMARTBoard.

Une solution très économique basée sur l’utilisation d’une télécommande de la console de jeu Wii de Nintendo est apparu en 2007. Pour environ 50 dollars, vous pouvez construire votre TBI. Pour plus d’information, vous pouvez consulter l’auteur à l’origine de cette initiative http://www.cs.cmu.edu/ johnny/projects/wii/.

Et la pédagogie ?

On reproche souvent au TBI de n’être qu’un outil de plus pour offrir de l’enseignement magistral, ce qui constitue un obstacle à la différenciation pédagogique mise de l’avant par le Renouveau. Mais, on peut se servir du TBI comme d’un outil de remédiation (en revenant sur une leçon ou un exercice qui étaient affichés). Il facilite également la présentation de travaux de groupes. Il permet aussi à un enfant de réaliser un travail individuel, en étant conseillé et aidé par un groupe.

Puis, à l’éducation des adultes, tout outil qui permettra aux enseignants de retirer leurs vieilles pantoufles de répondeur automatique pour véritablement enseignant et favoriser des interactions enseignant-groupe est le bienvenu. Dans ce sens, je préconise bien sûr une implantation des TBI dans les CÉA.

Passée la phase de découverte de la nouveauté, le TBI devient un outil comme un autre. C’est le travail de l’enseignant et sa capacité à créer des activités attractives qui comptent. La technologie ne remplace pas un enseignement de qualité et n’a jamais rendu les élèves plus intelligents.

Il reste maintenant à documenter les utilisations et les succès dans l’implantation de cet outil qui fera très certainement boule de neige. À cet effet, nous avons un groupe de travail issu du comité TIC FGA Montérégie qui se penchera sur le sujet.

1 Message

Répondre à cet article


  

 

JPM 2018 Appel de propositions d’ateliers
vendredi 1er décembre

C’est sous le thème La parole est au changement que vous êtes invité à proposer un atelier pour la prochaine édition de la JPM qui aura lieu le vendredi 27 avril, au Centre de formation des maskoutains, à Saint-Hyacinthe.

Les ateliers sont de 75 ou 150 minutes. Pour proposer un atelier, vous remplissez ce formulaire en ligne, et ce, avant le 23 février 2018.