Vous êtes ici : AccueilLe BPMVolume 4Édition 2  > L’utilisation de signets partagés


L’utilisation de signets partagés




4 octobre 2011
 

Combien d’entre vous, un jour, avez été frustrés de ne pouvoir ajouter des pages web à vos favoris sur les ordinateurs de votre classe, car les « deep freeze »* de ce monde effaçaient toutes les données au démarrage des appareils ? L’utilisation de signets partagés à l’aide d’outils comme Diigo est la solution à ce problème. Bien plus encore, les signets partagés s’avèrent un instrument pédagogique et collaboratif très puissant.

Les engins de signets partagés permettent de répertorier, d’organiser et de diffuser vos sites favoris dans Internet. Par exemple, vous pourriez créer une liste sur un thème particulier, y marquer les pages que vous voudriez voir consultées par vos élèves et leur donner accès à cette liste. Que ce soit en français, en science ou en histoire, cette simple fonction vous permettrait de mettre à la disposition des élèves des ressources auxquelles ils doivent se référer souvent. Au lieu d’un recueil de textes, ils disposeraient d’un dossier virtuel accessible en tout temps d’un ordinateur ayant un lien internet, d’un téléphone intelligent, d’un iPod touch, etc.

Mais l’avantage des signets partagés ne se limite pas à la mise à disposition de sites web. Sa grande force réside dans ses fonctions collaboratives. Par exemple, avec Diigo, vous pourriez créer un compte éducateur et générer des comptes pour vos élèves avec lesquels vous partagerez des ressources. Après quoi, vous marquez des pages et vos élèves sont avisés par courriel qu’elles ont été répertoriées dans ce groupe. Si vous voulez attirer leur attention sur une partie d’un site, il est possible de souligner des extraits et de les annoter, comme si vous colliez des papillons adhésifs (post it) sur une page web. Vos élèves verront alors les passages soulignés et vos annotations, sur des papillons adhésifs virtuels. Vous pouvez même les inviter à dire ce qu’ils pensent des informations qui s’y trouvent en les annotant et en les commentant à leur tour. Ils ont aussi la possibilité de réagir à vos commentaires ou ceux de leurs pairs en ajoutant leurs propos à ces derniers. Pour vérifier comment vos élèves évaluent la crédibilité d’un site web et des renseignements qui s’y trouvent, vous pourriez leur demander de souligner ou d’annoter les sections sur lesquelles ils se basent pour poser leur jugement. Et comme vous êtes membre du même groupe, vous verrez leurs annotations et pourrez ajouter votre appréciation. Les possibilités d’interaction et de collaboration sont nombreuses. D’autres fonctions intéressantes sont à explorer : le marquage et la recherche de pages à l’aide de mots-clés, le marquage d’images, les captures d’écran, la présentation des ressources sous forme de diaporama, etc.

Avec vos collègues enseignants, l’utilisation de signets partagés comme Diigo vous permet de mettre en commun vos découvertes et de communiquer vos impressions sur ces dernières, toujours à l’aide des fonctions d’annotation ou de surlignement. Par exemple, en Montérégie, nous avons créé un groupe dans lequel nous avons répertorié et partagé plus de 400 ressources en lien avec la FBC. (voir encadré)

Si vous voulez en apprendre davantage sur Diigo, je vous invite à lire un article de Stéphane Lavoie, paru dans le BPM de novembre 2010, qui vous présente les caractéristiques de l’outil et son fonctionnement.

* Il s’agit d’un logiciel qui protège la configuration de l’ordinateur en restaurant, à chaque démarrage, l’état d’origine du système, empêchant ainsi toute installation non autorisée.

Tags en Montérégie

En Montérégie, nous avons créé un groupe dans lequel ont été répertoriées plus de 400 ressources en lien avec la FBC. Chaque ressource a été marquée avec des mots clés, c’est-à-dire qu’on lui a apposé des « tags » pour en faciliter la recherche. Par la suite, à l’aide des fils RSS qui se trouvent dans Diigo, nous avons créé un lien vers notre site Web FGA Montérégie et présenté ces ressources dans des onglets nommés selon les « tags » attribués à ces dernières. Ainsi, chaque fois qu’un membre du groupe répertorie une ressource, celle-ci apparait dans notre site, sous l’onglet correspondant au « tag » attribué lors de l’opération de marquage. Si vous voulez participer à ce travail collaboratif, écrivez-nous !

Répondre à cet article


  

 

JPM 2018 Appel de propositions d’ateliers
vendredi 1er décembre

C’est sous le thème La parole est au changement que vous êtes invité à proposer un atelier pour la prochaine édition de la JPM qui aura lieu le vendredi 27 avril, au Centre de formation des maskoutains, à Saint-Hyacinthe.

Les ateliers sont de 75 ou 150 minutes. Pour proposer un atelier, vous remplissez ce formulaire en ligne, et ce, avant le 23 février 2018.