Vous êtes ici : AccueilLe BPMVolume 4Édition 3  > Les nouvelles DDÉ de la FBD


Les nouvelles DDÉ de la FBD




31 octobre 2011
 

Sans tambour ni trompette, le MÉLS a déposé, la semaine passée, sur son site sécurisé, les versions provisoires des définitions du domaine d’évaluation (DDÉ) pour certains cours de troisième secondaire de la formation de base diversifiée (FBD). Les cours pour lesquels ces DDÉ sont maintenant disponibles sont :
- français, langue d’enseignement ;
- français, langue seconde ;
- mathématique ;
- anglais, langue seconde ;
- English, Language Arts,
- histoire et éducation à la citoyenneté ;
- intégration socioprofessionnelle.

Avant de faire un survol de ces DDÉ, je vous rappelle que le site sécurisé du MÉLS a été mis en ligne en janvier 2011. On y retrouve plusieurs ouvrages en lien avec l’implantation de la FBD, mais tous en versions provisoires, ce qui explique l’accès limité à ce dernier. Chaque commission scolaire a reçu un nom d’utilisateur et un mot de passe pour y accéder. Vous pouvez vous adresser à votre direction de centre ou votre conseiller pédagogique pour avoir accès aux documents qui s’y trouvent.

Dans toutes les DDÉ, le MÉLS nous rappelle que ces dernières se fondent sur les programmes d’études, mais qu’elles « ne peuvent en aucun cas les remplacer dans la planification des activités d’enseignement. » Les DDÉ suivent la même logique que celles de la formation de base commune (FBC), on y présente le contenu de l’évaluation, les précisions sur le contenu de l’évaluation et les spécifications des instruments d’évaluation.

Indicateurs

Le premièr élément qui attire notre attention dans ces nouvelles DDÉ, c’est que les indicateurs ne sont pas pondérés, comme c’est pourtant le cas dans les versions révisées des DDÉ de la FBC. Qu’est-ce qui explique ce choix ? Dans les précisions sur le contenu de l’évaluation, il est écrit que « la pondération des indicateurs est inscrite dans les outils de jugement fournis avec le Guide de correction et d’évaluation ». On sait aussi que le MÉLS va produire une situation d’évaluation pour chaque cours et que les items seront pondérés. Est-ce à dire que les versions du MÉLS serviront de modèle pour les autres versions ? Alors, pourquoi ne pas avoir pondéré les indicateurs directement dans les DDÉ ? Pourquoi la pondération n’est-elle pas inscrite dans le document qui tient lieu de référence pour l’élaboration des situations d’évaluation ?

Évaluation explicite des connaissances

À l’instar des DDÉ de la FBC, on constate que l’évaluation explicite des connaissances comptera pour 15 à 20 % de la note finale. Mais ce n’est pas le cas dans toutes les DDÉ. Par exemple, dans les programmes de français et d’anglais langue seconde, tout comme dans le programme English Language Arts, les connaissances ne sont pas explicitement évaluées, du moins les nouvelles DDÉ n’en font pas mention dans leur mouture actuelle.

On remarque aussi qu’en mathématique et en histoire, l’évaluation explicite des connaissances se déroule dans une section de l’épreuve, alors qu’en français, il s’agit d’une partie de l’épreuve. Quelle est la nuance entre les deux ? La partie évaluation explicite des connaissances des cours de français peut être reprise indépendamment de l’autre, ce qui n’est pas le cas en mathématique ou en histoire. Qu’est-ce qui explique ces choix différents ?

Savoirs essentiels

Les savoirs essentiels retenus aux fins de l’évaluation des compétences ou des connaissances sont présentés sous forme de liste dans laquelle l’auteur de la situation d’évaluation pourra puiser. Dans certains cas, ce dernier pourra choisir parmi une liste de savoirs en lien avec les connaissances ou les compétences. Dans d’autres cas, certains savoirs sont ciblés et marqués d’un astérisque aux fins de l’évaluation explicite des connaissances.

Ce sont là quelques éléments clés des nouvelles DDÉ. Comme je l’ai mentionné au départ, il s’agit de versions provisoires, donc sujettes à des changements et peut-être à des améliorations.

Répondre à cet article


  

 

JPM 2018 Appel de propositions d’ateliers
vendredi 1er décembre

C’est sous le thème La parole est au changement que vous êtes invité à proposer un atelier pour la prochaine édition de la JPM qui aura lieu le vendredi 27 avril, au Centre de formation des maskoutains, à Saint-Hyacinthe.

Les ateliers sont de 75 ou 150 minutes. Pour proposer un atelier, vous remplissez ce formulaire en ligne, et ce, avant le 23 février 2018.