Vous êtes ici : AccueilLe BPMVolume 5Édition 5  > Montérégie en projets (février 2013)


Montérégie en projets (février 2013)




4 février 2013
 

Cette nouvelle chronique vous présente les projets qui se déroulent en ce moment dans des centres FGA en Montérégie. Ces projets sont réalisés dans le cadre de l’appel de projets montérégiens 2012-2013 du Sous-comité de la formation générale des adultes. Chaque projet fera l’objet d’un atelier lors de la prochaine journée pédagogique montérégienne du 12 avril 2013.

- Projet Éveiller ma conscience citoyenne par le biais de la BD de la CS des Sommets

- Projet Les sigles PER de la Cité des arts : entre PEI et FGA de la CSMV

- Projet Journalistes en formation de la CSMV


Éveiller ma conscience citoyenne par le biais de la BD

Intention

Ce projet a été conçu tout spécialement pour les élèves inscrits en français au profil de formation de base commune (FBC) FRA-2101-4 afin qu’ils soient amenés à développer leur pensée critique en explorant des bandes dessinées portant sur différents conflits sociétaux ayant marqué le cours de l’histoire tout en s’appropriant et en comparant les informations y étant contenues. Pourtant, plusieurs ateliers ont été pensés pour que tous les élèves participent et qu’ils en retirent des savoirs qui leur seront utiles.

Contexte et déroulement

Pour ce faire, les élèves groupés par deux se sont informés sur un conflit avant de se plonger dans l’univers imagé de ce même problème à l’aide d’une BD différente pour chacun, mais portant sur le même thème (génocide juif ou Première guerre mondiale). Tout au long de sa démarche d’analyse, l’apprenant a été amené à faire constamment appel à ses connaissances antérieures et à approfondir sa compréhension des concepts tels que les spécificités liées au monde de la BD, à l’aide de capsules informatives et d’exploration individuelle.

Dans les semaines à venir, les mêmes équipes de deux auront à créer quelques planches d’une BD personnelle en s’appuyant sur une problématique québécoise d’actualité. Chacun jouera un rôle précis dans la création de celle-ci. Pour ce faire, les élèves se familiariseront avec le logiciel BDFacile. Des grilles de coévaluation et d’autoévaluation seront également proposées en cours de route pour permettre des rétroactions de la part des pairs ainsi qu’une réflexion métacognitive sur la tâche.

Attentes

Ce projet permettra idéalement à l’élève d’interroger ce média particulier en vue de l’interpréter de façon adéquate pour en dégager des informations nouvelles. S’inscrivant de plus dans une démarche d’interdisciplinarité, ce projet poussera l’apprenant à s’interroger sur des réalités sociales, à les interpréter et à se construire une conscience citoyenne. Il sera également mieux outillé pour situer les conflits traités par les bandes dessinées dans leur contexte socioculturel. Au terme de ce projet, l’élève devrait réussir à se familiariser suffisamment avec les concepts du pouvoir d’interprétation des images, des thèmes exploités dans une œuvre pour être capable de réinvestir ses apprentissages dans le module qui suivra : FRA 2102-2 (lecture et appréciation d’un roman québécois).

Commentaires des adultes participants

Lors de la présentation du projet, j’ai ressenti une belle ouverture de la part des élèves, mais aussi une petite crainte puisqu’en général, leur dernière expérience avec une bande dessinée remonte à l’enfance. La présentation de l’historique de la BD a permis d’enrichissants échanges. Les élèves ont, entre autres, fait des liens avec des classiques transformés en films (Astérix), des revues d’humour incorporant des bandes dessinées (Safarir), etc. Concrètement, ils ont très hâte de se lancer dans la création d’une BD et ils ont d’excellentes idées en ce qui concerne les conflits québécois qu’ils devront traiter. Par contre, je remarque encore et toujours cette crainte de cumuler du retard dans leur cheminement scolaire. Je les rassure en leur disant que l’ampleur du travail demandé est fort raisonnable et que les cours seront réaménagés pour ne pas les pénaliser : la présentation finale de leur BD deviendra par exemple leur projet d’oral.

Stéphanie Forcier
(CEA des Sommets, point de service de Windsor)


Les sigles PER de la Cité des arts : entre PEI et FGA

Est-il possible d’envisager l’implantation de principes pédagogiques propres au programme d’éducation internationale dans les structures de la formation générale des adultes ? Eh bien, oui, si on se fie aux initiatives qui ont été mises de l’avant dans le programme local de la Cité des Arts du Centre 16-18 ans de la Commission scolaire Marie-Victorin. En effet, depuis 2011, deux cours en perfectionnement ont été implantés comme compléments de formation dans ce centre afin de permettre aux élèves finissants de synthétiser les éléments clés de leur parcours scolaire à travers un projet personnel en création artistique. Ces deux sigles qui proposent une méthode en intégration disciplinaire dans le premier cours et des objectifs en participation citoyenne dans le second mettent les intérêts et les ambitions professionnels et scolaires des jeunes au centre de leur approche. Ainsi, l’élève qui achève sa formation au centre peut choisir d’être accompagné d’un enseignant qui agira à titre de guide et de superviseur dans la conceptualisation et la réalisation d’un projet personnel en création artistique soit dans le domaine des arts plastiques, des arts dramatiques, du multimédia ou des communications.

La contribution du Sous-comité de la formation générale des adultes de la Montérégie aura permis cette année aux enseignants qui supervisent ces cours de documenter leur expérience afin d’enrichir le programme d’exemples concrets d’implantation de projets en plus de procéder à un raffinement de la description des approches pédagogiques et des mécanismes d’intégration interdisciplinaire. À la suite des réalisations et des observations de cette année, le programme et les descriptifs de ces deux cours seront remis en forme et seront accompagnés d’un corps documentaire substantiel présentant le parcours et les réalisations des élèves ayant réussi ces cours. La compilation et le résumé explicatif des différentes réalisations représenteront les éléments les plus utiles et les plus significatifs de cette entreprise.

Nous présenterons donc cette année lors de notre conférence à la journée pédagogique montérégienne les réalisations cinématographiques issues des arts dramatiques en plus de présenter les projets en intégration disciplinaire des arts médiatiques et des mathématiques à travers un projet de modélisation tridimensionnelle. Ce projet sera aussi l’occasion d’opérer un retour sur le profil des élèves ayant complété un de ces deux cours afin d’identifier comment ces sigles ont profité à leur formation, à leur motivation scolaire et à leur engagement à l’intérieur de la communauté de l’établissement. Vous êtes donc invité à venir découvrir les projets de nos jeunes, dont celui de Christine qui se penche sur la problématique des relations égalitaires à travers la réalisation de cinq courts-métrages dramatiques. Cette présentation nous permettra aussi de démontrer concrètement que le programme de la FGA contribue à l’implantation de structures visant le rehaussement culturel et l’engagement de ses clientèles dans le cadre de projets éducatifs significatifs et intégrés.

Martin Lalonde
Enseignement et développement pédagogique
Centre des 16-18 ans
Commission scolaire Marie-Victorin


Journalistes en formation

Un nouveau cours d’informatique axé sur la photo et la vidéo a débuté au Centre Antoine-Brossard à la session de janvier. Quinze élèves y sont inscrits. Le projet a démarré après plusieurs démarches pour obtenir tout le matériel nécessaire. En fait, une demande de subventions acceptée de la part de Conseil régional des Élus de Longueuil nous a permis d’acheter du matériel photographique de haut calibre et ainsi d’offrir aux élèves la chance de travailler avec du matériel de qualité.

Ce projet permettra à des adultes de s’initier au monde du journalisme et du multimédia. Depuis le début du projet, des ateliers ont permis aux élèves de s’approprier les techniques reliées à l’utilisation de caméras réflex leur permettant de faire de la photo et de la vidéo. Durant l’apprentissage de la vidéo, les élèves ont expérimenté les différents types de plans que l’on retrouve au cinéma. Les expériences faites par les élèves qu’elles soient individuelles ou en équipe servent d’exemples à un éventuel guide d’apprentissage et à l’analyse critique des travaux.

Quant aux publications éventuelles du journal étudiant À nous la parole, les élèves ont décidé de 4 grands thèmes :

  • Éducation
  • Vie culturelle
  • Voyage et technologie
  • Actualités autour du monde.

Les équipes de journaliste sont présentement en train de réaliser leurs premières entrevues vidéo qui seront diffusées sur le journal Web de l’école à la fin février 2013. L’effervescence est à son comble !

www.anouslaparole.ca

Patrice Tourangeau
Centre Antoine-Brossard
Commission scolaire Marie-Victorin

Répondre à cet article


  

 

JPM 2018 Appel de propositions d’ateliers
vendredi 1er décembre

C’est sous le thème La parole est au changement que vous êtes invité à proposer un atelier pour la prochaine édition de la JPM qui aura lieu le vendredi 27 avril, au Centre de formation des maskoutains, à Saint-Hyacinthe.

Les ateliers sont de 75 ou 150 minutes. Pour proposer un atelier, vous remplissez ce formulaire en ligne, et ce, avant le 23 février 2018.